Dès la rentrée 2020, la Première Année Commune aux Études de Santé change. Cette réforme s’applique à tous les titulaires du baccalauréat souhaitant s’engager dans des études de médecine, d’odontologie, de pharmacie ou encore de maïeutique. L’organisme Bersot Formation vous explique en quoi consiste la réforme PACES 2020.

Notre prochaine JPO

Notre prochaine se fera le - En attendant nos prochaines JPO, téléphonez nous au 03 81 52 31 62. Venez visiter la prépa au 28A Rue Paul Milleret Besançon

Ce que la réforme PACES 2020 change

Dès la rentrée 2020, la nouvelle réforme de médecine va appliquer une série de changements qui va impacter l’ensemble des étudiant·es. Voici les 5 points qu’il faut retenir.

 

N°1 : la suppression du numerus clausus

Depuis 1971, le numerus clausus fixe annuellement et par décret la limite du nombre d’étudiants admis en 2ème année des études de santé. Sa raison d’être est la régulation du nombre de diplômes et, de facto, le nombre de professionnels de santé exerçant les métiers de médecin, de chirurgien-dentiste, de pharmacien ou de sage-femme. Dans le cadre de la réforme de la première année de médecine, le numerus clausus disparaît.

 

N°2 : le choix du nombre d’étudiants acceptés délégué aux universités

Qui dit réforme du numerus clausus ne dit pas acceptation de tous les candidats en 2ème année des études de santé. La réforme prévoit un remplacement du numerus clausus par un numerus « apertus« . Avec ce dernier, ce n’est plus l’État qui décrète le nombre d’étudiants pouvant être admis dans les différentes filières de santé à l’issue de la première année, mais chaque faculté de médecine. Pour ce faire, les universités devront respecter les besoins territoriaux.

 

N°3 : la suppression du redoublement de la PACES

Le plan Ma Santé 2022, c’est aussi la réforme du redoublement en PACES. Avant la rentrée 2020, certains étudiants en PACES peuvent encore redoubler cette 1ère année ; le seuil de redoublement est fixé par chaque université dans le cadre de la loi et est compris entre 2,5 et 3 fois le numerus clausus. Avec la réforme, il sera impossible de redoubler sa première année en études de médecine. À noter : plusieurs universités françaises avaient déjà commencé à expérimenter des PACES alternatives où le redoublement était prohibé.

 

N°4 : la mise à l’écart de la filière kinésithérapie

Aujourd’hui, la grande majorité des étudiants souhaitant intégrer un IFMK (un Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie, soit un établissement permettant de devenir kiné) passe par la PACES. Si l’arrêté du 4 novembre 2019 se concentre sur l’accès aux formations de médecine, de pharmacie, d’odontologie et de maïeutique, il ne fait pas mention de la filière kinésithérapie. Cette dernière doit elle-même faire l’objet d’une réforme pour un futur dispositif d’admission.

 

N°5 : deux nouvelles voies d’accès aux études MMOP

Le sigle MMOP désigne les 4 filières de santé évoquées ci-avant :

  • Médecine
  • Maïeutique (la filière pour devenir sage-femme)
  • Odontologie (la filière pour devenir chirurgien-dentiste)
  • Pharmacie

Pour accéder en 2ème année du cycle d’études d’une de ces filières, l’étudiant ne passera plus par la PACES, qui est supprimée, mais par deux nouvelles voies d’accès. L’organisme Bersot Formation vous les détaille dans la partie suivante.

2 voies d’accès aux études de santé après la réforme de la 1ère année de médecine

L’ambition affichée de la réforme des facs de médecine est d’ouvrir à un plus grand nombre d’étudiants les études de santé. C’est dans cette dynamique que la PACES est supprimée dès la rentrée 2020, pour être remplacée par 2 voies d’accès. Devenir médecin, pharmacien, dentiste ou sage-femme impliquera désormais de passer :

  • soit par une première année appelée « PASS« : très proche de la PACES dans son fonctionnement, elle représentera la majorité des places offertes
  • soit par une Licence comprenant une option « accès santé » : elle représentera au minimum 30 % du nombre des places disponibles

Pour l’une comme pour l’autre de ces filières, l’inscription se fera toujours via Parcoursup.

 

La filière PASS : la 1ère voie d’accès prévue par la réforme des études de santé

Appelée « Portail Santé » dans un premier temps pour être finalement baptisée « PASS« , cette nouvelle première année partage de nombreux points communs avec la PACES. L’une des différences fondamentales entre cette dernière et l’année PASS réside dans la réforme du concours. En effet, l’expression de « concours » est supprimée, au profit d’examens organisés par chaque université.

 

Pour être admis en études MMOP après une année en PASS, l’étudiant devra réunir plusieurs conditions, dont la validation de 60 ECTS. Selon ses notes et les conditions édictées par son université, il pourra aussi se soumettre à une épreuve écrite ainsi qu’à une épreuve orale.

 

Comme expliqué ci-avant, le redoublement de l’année PASS est impossible.

 

La L. AS : la 2ème voie d’accès prévue par la réforme des études de santé

Offrir à des étudiants issus d’une Licence non-médicale de rallier des études de santé après une première année : c’est l’idée de cette 2nde voie d’accès proposée par la réforme PACES 2020. À partir de la rentrée 2020, des étudiants inscrits dans certaines Licences pourront rejoindre une 2ème année MMOP, à condition que cette Licence propose une option « accès santé », c’est-à-dire des UE en lien avec le domaine médicale. La liste des Licences concernées doit être définie par chaque université.

 

Pour être admis en études MMOP après une année de L. AS, l’étudiant devra là aussi réunir plusieurs conditions, dont avoir validé 60 ECTS en un an, comme pour l’année PASS. Chaque université définira des critères d’admissibilité supplémentaires (exemples : avoir validé l’année de Licence en première session ou avoir obtenu plus de 12 de moyenne).

Un parcours d’études qui reste sélectif et exigeant

La conclusion ? Que la voie choisie soit la filière PASS ou la filière L. AS, l’accès aux études de santé après la réforme PACES 2020 reste extrêmement sélectif et réclame toujours une très importante quantité de travail.

 

Un dossier pour en savoir plus sur la transformation de l’accès aux études de santé

Au mois de novembre 2019, les ministères des Solidarités et de la Santé et de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation accompagnaient la parution de leur arrêté par la mise en ligne d’un dossier explicatif. Titré Transformer l’accès aux études de santé, il est accessible en ligne et présente notamment des cas pratiques pour mieux comprendre la réforme.

LES INTERNAUTES AYANT CONSULTÉ CET ARTICLE ONT ÉGALEMENT RECHERCHÉ

  • réforme médecine 2020
  • réforme des études kinésithérapie
  • PACES nouvelle reforme