Qu’attendre de la réforme kiné, qui entrera en vigueur dès la rentrée 2020 ? Au même titre que les futurs médecins, maïeuticiens, dentistes et pharmaciens, les apprentis kinésithérapeutes viennent d’être fixés sur leur sort. État des lieux signé Bersot Formation.

Numerus clausus, redoublement, PACES : ce que prévoit la réforme des études de santé 2020

Dès la rentrée 2020, la Première Année Commune aux Études de Santé change. C’est officiellement la fin de la PACES, année universitaire qui sélectionnait drastiquement les futurs étudiants en médecine, en maïeutique, en odontologie, en pharmacie et en kinésithérapie. Un arrêté, publié au Journal officiel le 5 novembre 2019, vient préciser les nouveaux modes d’accès aux formations médicales. Parmi les grands changements prévus figurent :

  • la suppression du numerus clausus
  • une plus grande marge de manœuvre laissée aux universités dans le choix du nombre d’étudiants acceptés
  • la suppression des possibilités de redoublement en première année
  • le remplacement de la PACES par deux nouvelles voies d’accès : le PASS, qui partage de nombreux points communs avec la Première Année Commune aux Études de Santé, et la AS, soit une Licence non-médicale mais comprenant une option dite « accès santé« 

 

La mise à l’écart de la filière kinésithérapie

Mais l’autre facteur marquant de cet arrêté, c’est la mise à l’écart de la filière kinésithérapie ; et ce, alors qu’aujourd’hui, la grande majorité des étudiants souhaitant intégrer un IFMK (un Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie, soit un établissement permettant de devenir kiné) passe par la PACES.

 

« Nous sommes une profession paramédicale et non médicale, nous ne sommes donc pas rattachés aux mêmes textes de loi« , justifiait le président de la Fédération Nationale des Étudiants en Kinésithérapie (FNEK) Hadrien Thomas pour le magazine spécialisé Egora. « Même si nous sommes inclus dans la même réforme et concernés par les mêmes mesures« , tempérait-il.

MMOP…K ?

Quelques semaines après la parution de cet arrêté, les étudiants viennent finalement d’être fixés sur la réforme de l’accès aux études de masso-kinésithérapie et, concrètement, l’accès aux IFMK de France. Comme l’avait laissé entendre Hadrien Thomas, cette sélection se rapprochera de celle qui s’opérera pour la filière MMOP (Médecine, Maïeutique, Odontologie, Pharmacie). « Ce serait une MMOP…K« , avait avancé le président de la FNEK, « avec les mêmes voies d’entrée, les mêmes critères de diversité (pas plus de 50 % d’étudiants d’une même voie d’accès)« .

 

Par conséquent, les aspirants kinés devront se soumettre eux aussi soit au PASS, soit à une L.AS. La spécificité de l’accès via une Licence 1 de Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) ou Licence 1 de Sciences et Technologie de la Santé sera conservée. Les candidats seront reçus sur dossier à la fin de l’année en fonction d’une moyenne qui sera établie par chaque faculté. Pour ceux qui n’auraient pas atteint la moyenne plancher, l’option d’un oral fera partie des pistes envisagées (comme pour la filière MMOP).

 

La date à retenir pour l’officialisation de la réforme kiné : le 20 décembre 2019

La nature de la réforme des études de kinésithérapie devrait être officialisée au maximum le vendredi 20 décembre 2019, soit la date d’ouverture des procédures sur Parcoursup ; le ministère de l’Enseignement supérieur s’y est engagé.

LES INTERNAUTES AYANT CONSULTÉ CET ARTICLE ONT ÉGALEMENT RECHERCHÉ

  • réforme PACES 2020 kiné
  • comment devenir kiné en 2020
  • concours kiné 2020